jeudi, février 09, 2006

14 : Chapitre 5 - Un exces de Flegme-suite

Une jeune femme se tenait dans l'encadrement de la porte, une femme d'une beauté réellement stupéfiante au point que la chambre semblait étrangement privée d'air. Elle était grande et élancée avec de longs cheveux blonds qui semblaient rayonner d'une faible lueur argentée. Pour compléter cette image de la perfection, elle portait un plateau copieusement recouvert d'un petit déjeuner.


" 'Arry !" fit-elle d'une voix gutturale. "ça fait longtemps!"


Pendant qu'elle franchissait le seuil, Mrs Weasley arriva, dans son sillage, regardant plutôt de travers.

"Il n'y avait pas besoin d'apporter le plateau, j'étais sur le point de le faire moi-même!"

"Cela ne m'a pas gêné !" assura Fleur Delacour, en posant le plateau en travers des genoux de Harry et en l'embrassant sur les deux joues. Il avait l'impression que les endroits où sa bouche l'avait touché le brûlaient.
"Je suis venue désirant ardemment te voir. Tu te rappelles ma sœur, Gabrielle ? Elle ne cesse jamais de parler de Harry Potter. Elle sera enchantée de te revoir."

"Oh... elle est aussi ici ?"


"Non, non, mon grand fou !... Je la verrai l'été prochain, quand nous... mais tu ne sais pas ?"


Ses grands yeux bleus s'élargirent et regardèrent, avec reproches, Mrs Weasley qui s'excusa "Nous n'avons pas encore eu le temps de lui apprendre la nouvelle !"

Fleur se retourna vers Harry, faisant osciller ses longs cheveux argentés de sorte qu'ils fouettèrent le visage de Mrs Weasley.
"Bill et moi allons nous marier!"


"Oh !" exprima Harry tout blanc. Il n'était pas aidé par les regards de Mrs Weasley, d'Hermione, et de Ginny qui l'évitait avec détermination. "Wouah. Heu... félicitations !"


Elle lui sauta au coup et l'embrassa une nouvelle fois.

"Bill est très occupé en ce moment, son travail est très dur, et je travaille seulement à mi-temps chez Gringott pour perfectionner mon anglais, ainsi il m'a amené pendant quelques jours pour bien faire connaissance avec sa famille. Ça m'a fait plaisir d'apprendre que tu allais venir... ici il n'y a pas grand chose à faire d'autre que la cuisine! Bon… profite bien de ton petit déjeuner, 'Arry !"


Sur ces mots elle se tourna avec élégance et sembla s'envoler hors de la chambre, en fermant la porte tranquillement derrière elle.

Mme Weasley fit un bruit qui ressemblait à "tchah!"


"Maman la déteste !"


"Je ne la déteste pas!... Je pense juste qu'ils ont fait un peu trop vite, c'est tout !"


"Ils se connaissent depuis un an !" remarqua Ron, qui était curieusement chancelant et regardait fixement la porte fermée.

"Bien, ce n'est pas très longtemps ! Je sais pourquoi ça se passe comme ça, naturellement. Tout est incertain depuis le retour de Tu-Sais-Qui, les gens pensent qu'ils pourraient être mort demain, aussi précipitent-ils toutes les décisions qui prendraient normalement plus de temps. C'était la même chose quand il était tout puissant, les gens faisaient un pas à gauche, à droite, et au milieu… "


"Comme toi et papa !"


" Oui, bien, votre père et moi on était fait l'un pour l'autre, ce n'était pas la peine d'attendre ... Considérant que Bill et Fleur... bien... qu'ont-ils vraiment en commun ? Lui c'est un acharné du travail, comme une fourmi, quant à elle..."


"Une vache !... Mais Bill n'est pas une fourmi. C'est un joli-coeur, il aime un peu d'aventure, un peu de charme… Je pense que c'est la raison qui l'a attiré vers Flegme."

"Arrête de l'appeler comme ça, Ginny !"
Bien, ça finira par aller mieux… mange tes œufs tant qu'ils sont chauds, Harry."

Regardant le sol, elle quitta la chambre. Ron semblait toujours légèrement hébété. Il secouait sa tête exactement comme un chien qui essaye de débarrasser ses oreilles pleines d'eau.

"Vous ne savez pas combien de temps elle va rester dans cette maison?"


"Bien... tu... Si elle ne saute pas inopinément, comme tout à l'heure…"

"C'est pathétique !" grogna Hermione furieusement, s'éloignant autant que possible de Ron se tournant pour lui faire face les bras pliés une fois qu'elle eut atteint le mur.

"Tu n'espère pas vraiment qu'elle reste ici pour toujours ?" ... "Maman va mettre un frein à toute cette affaire, je te le parie !"

"Comment pourrait-elle s'y prendre ?"


"Elle continue à essayer de retenir Tonks avec nous pour le dîner. Je pense qu'elle espère que Bill laissera tombé l'autre pour Tonks. Je l'espère, je l'accueillerais plus volontiers dans la famille."

"Oui, c'est du beau travail !... Écoutez-moi ça, aucun type en pleine possession de ses moyens ne choisirait d'aimer Tonks quand Fleur est dans les parages. Je veux dire, Tonks est tout à fait bien quand elle ne fait rien subir de stupide à ses cheveux et à son nez, mais… "

" ...C'est une fichue gentille fille ! bien plus que Flegme !!!

"Et elle est bien plus intelligente, c'est un Auror !"


" Fleur n'est pas stupide, elle était assez bonne pour participer au tournoi des trois sorciers !

"Non, pas toi aussi !"

"Je suppose que tu aimes bien quand Flegme te dit 'Arry !" ?

"Non !... Je faisais juste un constat, Flegme… Je veux dire, Fleur… "

"Je préférerais de beaucoup avoir Tonks dans la famille !... Au moins elle sait rire !"

"Elle n'a pas beaucoup ri récemmement... Chaque fois que je l'ai vue, elle ressemblait à un crapaud mort !"

"Ce n'est pas juste !... Elle n'a toujours pas surmonté ce qui s'est passé… tu sais… je veux dire, c'était son cousin!"

Le cœur de Harry se souleva. Ils en étaient arrivés à Sirius. Il prit une fourchette et commença à se fourrer des œufs brouillés dans la bouche, espérant trouver un dérivatif à la présente conversation.

"Tonks et Sirius se sont à peine connus!... Sirius a été à Azkaban la moitié de sa vie et avant cela leurs familles ne s'étaient jamais rencontrées…"


"Ce n'est pas une raison ! Elle pense que c'est de sa faute s'il est mort!"


"Comment peut-elle penser ça ?" demanda Harry malgré lui.

"Bien, elle avait combattu Bellatrix Lestrange, n'est-ce pas ? Je crois qu'elle pense que si seulement elle l'avait achevée, Bellatrix n'aurait pas pu tuer Sirius."



"C'est stupide !"

"On appelle ça la culpabilité des survivants !... Je sais que Lupin essaye de lui en parler mais elle va toujours très mal. Elle a de réels ennuis pour se métamorphoser!"


"Comment ça…?"

"Elle ne peut plus changer d'aspect comme elle le faisait... je pense que ses pouvoirs doivent avoir été affectés par un choc, ou quelque chose de ce genre."


"je ne savais pas que ça pouvait produire !"

"Moi non plus... mais je suppose que si tu es vraiment déprimé…"

La porte s'ouvrit encore et la tête de Mme Weasley apparut. "Ginny... viens en bas m'aider pour le déjeuner."

"Je suis en train de parler !"

"Maintenant!" reprit Mme Weasley, et elle se retira.

"Elle veut seulement que j'y aille pour ne pas rester seule avec Flegme!"
Elle balança ses longs cheveux rouges autour d'elle dans une très bonne imitation de Fleur et caracola à travers la pièce avec ses bras au-dessus de la tête comme une ballerine."Tu ferais mieux d'y aller rapidement " se dit-elle comme si elle était à côté.



Harry profita du silence provisoire pour avancer son petit déjeuner. Hermione scrutait l'intérieur des boîtes de Fred et de George, bien que, à chaque instant, elle jetait des regards en biais à Harry. Ron, qui se servait dans les tartines de Harry, regardait toujours fixement et rêveusement la porte.


"Qu'est-ce que c'est ?"

"Je ne sais pas ... mais si Fred et George laissent ça là, ce n'est probablement pas encore prêt pour le magasin de farces et attrapes, alors fais attention !"


"Ta mère a dit que le magasin allait bien ... Elle a dit que Fred et George avaient vraiment le sens des affaires."

"Et elle les sous-estime encore ... Ils ratissent les Gallions! Il faut attendre pour voir le magasin. Nous n'avons pas encore été sur le Chemin de Traverse, parce que maman dit que papa veut y aller, avec nous, pour plus de sécurité, et comme il a été vraiment occupé au ministère… mais leur magasin semble super !"


"Et Percy... Parle-t-il de nouveau à ton père et à ta mère?"


"Rien !"


"Mais maintenant il sait que ton père avait raison tout le temps quand il parlait du retour de Voldemort …"


"Dumbledore dit qu'il est bien plus facile de pardonner aux autres leurs erreurs que ce qu'ils disent de vrai ... je l'ai entendu le dire à ta mère, Ron."


"Des bruits sur une sorte réflexion quelconque faite par Dumbledore !"

"Il va me donner des leçons privées cette année."



..."Tu prends ça calmement!"


"Je viens juste de m'en rappeler ... Il m'en a parlé la nuit dernière dans votre placard à balais."

"Bon sang... des cours particuliers avec Dumbledore... Je me demande pourquoi faire…?"


Sa voix devint lointaine . Harry vit l'échange de regards entre lui et Hermione. Harry fixa son couteau et sa fourchette, son cœur battait un peu trop vite pour quelqu'un qui n'avait rien fait d'autre que s'asseoir dans un lit. Dumbledore lui avait dit qu'il fallait le faire… Pourquoi pas maintenant ? Il posa les yeux sur sa fourchette, qui brillait à la lumière du soleil en fonction de son inclinaison, et expliqua "Je ne sais pas exactement pourquoi il va me donner des leçons, mais je pense qu'il doit y avoir un rapport avec la prophétie." Ni Ron ni Hermione ne parlèrent. Harry avait l'impression qu'ils étaient tous les deux figés. Il continua, s'adressant toujours à sa fourchette, "Vous savez, celle qu'ils essayaient de voler au ministère."

"Personne ne sait de quoi elle parlait ...Elle a été cassée."


" Bien que la prophétie parle..."
"Chuut"


"La prophétie est exacte... Cette boule de verre qui s'est écrasée n'était pas le seul enregistrement de la prophétie. Je l'ai entendue en entier dans le bureau de Dumbledore. La prophétie a été faite en sa présence, ainsi il pouvait me la rapporter. Il en ressort… "Harry s'efforça de respirer profondément "que je semble être celui qui pourrait mettre fin à la vie de Voldemort… En plus, elle précise que ni l'un ni l'autre ne peuvent vivre tandis que l'autre survit."

Tous les trois se regardèrent fixement les uns les autres en silence pendant un moment. Il y eut alors un choc et Hermione disparut dans un nuage de fumée noire.


"Hermione!"
. Le plateau du petit déjeuner avait glissé sur le plancher causant un grand fracas.

Hermione émergea, en toussant, de la fumée, saisissant la longue-vue et exhibant un magnifique œil au beurre noir.

"je l'ai prise et elle… elle m'a frappée!"

Et bien sûr, ils virent alors un poing minuscule au bout d'un long ressort dépassant de l'extrémité de la longue-vue.

"Ne t'inquiète pas !... Ma mère va te montrer qu'elle est bonne pour les soins de dommages mineurs…"

"Oh bien, Il ne manquait plus que ça !"
. "Harry, OH, Harry…"


Elle se rassit sur le bord de son lit.

"Nous nous sommes posé des questions, après que nous soyons revenus du ministère… Évidemment, nous n'avons rien voulu te dire, mais quand Lucius Malefoy a dit que la prophétie te concernait ainsi que Voldemort, eh bien, nous avons pensé que ce pourrait être quelque chose comme ça… Ah! Harry… Es-tu effrayé?"

"Pas autant que je l'étais !"... Quand je l'ai entendu la première fois, j'étais… mais maintenant, c'est comme si j'avais toujours su que je devrais finalement lui faire face …"

"Quand nous avons entendu que Dumbledore désirait te voir, nous avons pensé qu'il pourrait te dire ou te montrer quelque chose en rapport avec la prophétie... Et nous avions raison, n'est-ce pas ? Il ne te donnerait pas des leçons s'il te croyait perdu, il ne perdrait pas son temps… il doit penser que tu as une chance!"

"C'est vrai ... Je me demande ce qu'il t'enseignera, Harry? De la magie défensive de haut niveau, probablement… des anti-sorts puissants, des contre-malédictions …..."


Harry n'écoutait plus. Une chaleur bienfaisante se répandait en lui bien plus que n'aurait pu le faire la lumière du soleil. Ce qui faisait obstruction à l'intérieur de sa poitrine sembla se desserrer, se dissoudre. Il savait que Ron et Hermione étaient plus choqués que ce qu'ils laissaient paraître, mais le seul fait qu'ils étaient toujours là à côté de lui, cherchant des mots pour le réconforter, ne s'éloignant pas de lui comme s'il était souillé ou dangereux, valait plus la peine que ce qu'il pourrait jamais leur dire.

"... et des sortilèges divers en général !... Bien, au moins tu connais un des cours que tu auras cette année, ce qui est un avantage sur Ron et sur moi. Je me demande quand nos résultats de BUSE arriveront?"


"Ça ne devrait plus être très long maintenant, c'était prévu pour ce mois-ci!"


" Tu peux y compter ... Je pense que Dumbledore m'a dit que nos résultats de BUSE arriveraient aujourd'hui!"


" Aujourd'hui!!! ... Aujourd'hui ? Mais pourquoi tu ne … Oh mon Dieu… tu devrais avoir … "


Elle se leva.

"Je vais voir si des hiboux sont venus…"

À suivre...

8 commentaires:

Ferrum a dit...

wow ! so cool
I like it ! ^^b

^____^

putchie a dit...

raah tu me laisses sur ma faim, je veux la suite!!!!

tipoual a dit...

Ca s'en vient bientot, presque fini le chapitre 5! (enfin, j'ai tres hate de finir ce chapitre la!)

Ferrum, thank you! You can also read it in english, in the links under "about me"

J'espere que vous n etes pas trop décus de Flegme! ;)

Anonyme a dit...

Very best site. Keep working. Will return in the near future.
»

Anonyme a dit...

I'm impressed with your site, very nice graphics!
»

Anonyme a dit...

Very best site. Keep working. Will return in the near future.
»

Anonyme a dit...

Your site is on top of my favourites - Great work I like it.
»

the best a dit...

on dirait que Fleur est plus amoureuse de Harry que de Bill.



eh!j'ai lu le livre(je viens de le finir y a quelques semaines)et dedans il est jamais mi que Fleur dit à Harry "Mon grand fou" c toi qui es fou.